Élection et coronavirus : comment éviter un confinement démocratique ?

8 avril 2021

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Difficile de faire cohabiter élection et coronavirus. La crise pandémique représente un risque pour la démocratie mais aussi pour les libertés fondamentales. Avec la menace omniprésente de la COVID-19, il paraît difficile de tenir un scrutin libre, crédible et équitable. Là où les services de santé sont mal équipés, la propagation du virus pourrait être favorisée dans certains départements. La peur du coronavirus pourrait également faire baisser le taux de participation. Le caractère crédible du scrutin serait alors remis en cause. Pour le gouvernement, c’est l’avis du conseil scientifique qui compte avant d’organiser une élection … ou pas. Quels sont les dangers de cette crise pandémique au niveau des élections ? Comment éviter le confinement démocratique ? Est-il possible de sécuriser efficacement les bureaux de vote par le biais de la technologie UVC ? Les réponses en détail.

I. Les véritables dangers du confinement démocratique

Une élection démocratique requiert un environnement favorable au respect de certains droits fondamentaux, dont :

  • la liberté d’opinion et d’expression ;
  • la liberté de réunion pacifique et d’association ;
  • le droit à la sécurité et sûreté de la personne.

Or, les mesures sanitaires destinées à limiter la propagation du coronavirus ont tout bousculé. Interdiction des rassemblements de masse, distanciation sociale, confinement menacent alors la démocratie et les droits fondamentaux. Élection et coronavirus, voter ou reporter ?

A. Des successions et des alternances difficiles

Il est clair que la lutte contre la COVID-19 provoque des troubles au niveau de la succession mais aussi de l’alternance des pouvoirs. Dans tous les cas, les réponses du gouvernement doivent rester en accord avec les droits humains. Les parlements tout comme les citoyens ordinaires devraient participer aux débats visant à organiser ou à reporter les élections.

La crise pandémique ne devrait pas également constituer une excuse pour prolonger les mandats. Les multiples reports pourraient représenter une menace pour une gouvernance démocratique et une vie politique apaisée, les 2 moteurs du développement d’un pays.

Élection en pleine crise pandémique

B. Des investissements lourds déployés

Composantes essentielles de la société, les élections représentent également un test pour la démocratie. Les électeurs, les candidats, les observateurs et les agents électoraux y consacrent des investissements importants, soit en termes de budget, de temps ou de force de travail. Tous ces acteurs s’engagent activement dans le processus électoral. Le report des élections à cause du coronavirus pourrait anéantir tous ces efforts.

II. Élection et coronavirus : les mesures sanitaires préexistantes

Dans chaque bureau de vote, des affiches rappellent les gestes barrières et indiquent les points où se laver les mains. Des marquages au sol séparent également les électeurs pour respecter la distanciation de 1 mètre. Du gel hydro-alcoolique est mis à disposition dès l’entrée du bureau de vote. Les contacts physiques sont proscrits entre électeurs et membres du bureau. Le contrôle de la pièce d’identité et de la carte d’électeur s’effectue sans contact. Les électeurs montrent ces documents à l’assesseur de manière visible.

Arrivé dans l’isoloir, les votants peuvent se servir d’un stylo à usage unique. Exceptionnellement, ils peuvent amener leur propre stylo, bleu ou noir.

Les électeurs quittent les lieux aussitôt le vote terminé. Le lavage des mains avec du gel hydro-alcoolique reste impératif après le vote. Il en est de même pour le nettoyage régulier des lieux.

III. Un protocole sanitaire pouvant être renforcé

Chaque bureau de vote a sa spécificité. Des dispositifs de désinfection supplémentaires peuvent alors venir renforcer la sécurité sanitaire des participants. Les luminaires désinfectant ont déjà fait leurs preuves. Ils sont exploités depuis une quarantaine d’année.

A. La désinfection de surface par UVC

Les virus et d’autres micro-organismes pathogènes sont invisibles. La méthode la plus efficace serait de les combattre également avec de la lumière invisible : le rayonnement UVC.

Le Docteur Anthony Griffiths, Professeur de microbiologie de l’université de Boston, se réjouit en effet de l’efficacité des luminaires désinfectants : “Nous sommes très enthousiasmés par ces découvertes et espérons que cela accélérera le développement de produits qui peuvent aider à limiter la propagation de la COVID-19”. Les observations qu’il a menées avec son équipe a mis en évidence qu’une dose de 22 mJ/cm2 permet de détruire 99.9999% du virus SARS-CoV-2 en seulement 25 seconds [1]. Cette rapidité du processus de désinfection pourrait alors trouver d’innombrables applications dans le processus électoral :

  • désinfection générale des lieux tous les centièmes votes ;
  • décontamination régulière des isoloirs ;
  • nettoyage suivi de la désinfection UV des toilettes …

B. La purification de l’air par ultraviolet

Pour réduire les risques de contaminations aériennes, les bureaux de vote devraient s’équiper de luminaires désinfectants. Ces dispositifs sont en effet dotés :

  • d’un ventilateur qui aspire l’air en permanence ;
  • d’une batterie de filtres qui retient les polluants ;
  • d’une lampe UVC qui détruit les virus et les micro-organismes qui ne peuvent être retenus par les filtres.

Les bureaux de vote accueillent beaucoup de monde. Ces appareils veillent alors en continu sur la protection de la santé de tous les participants. Ils assurent la purification de l’air chargée par de polluants et d’agents pathogènes.

Bureau de vote désinfecté

Conclusion

Le maintien des élections en pleine crise sanitaire peut rendre le processus électoral plus difficile si les mesures de protection sont insuffisantes. Un dilemme pourrait se poser entre la protection de la santé et les responsabilités civiques. Toutefois, une entreprise spécialisée dans la technologie UVC comme Novalum peut apporter son expertise. Il peut participer au processus de désinfection des bureaux de vote, avant, pendant et après les élections. L’efficacité des stérilisateurs UV-C est telle qu’ils pourraient sécuriser les collectivités, les établissements publics. Ils sont tous aussi efficaces dans d’autres secteurs d’activité.

Références

[1] Signify and Boston University validate effectiveness of Signify’s UV-C light sources on inactivating the virus that causes COVID-19

OBTENIR MON ÉTUDE PERSONALISÉE

Recevez gratuitement notre livre blanc

Comment désinfecter les espaces de vie en toute sécurité ?

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

100 % gratuit. Respect de la confidentialité. Pas de spam.