La purification de l’air par UVC dans les espaces clos

30 mars 2021

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Dans des espaces clos, les risques sont innombrables. Hormis les dangers liés à l’atmosphère, des risques biologiques peuvent occasionner des maladies graves et prolongées. Le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) a étudié 20.000 rapports d’accidents. Les résultats montrent que ces événements ont occasionné 193 décès et ont infligé des blessures à 234 personnes. Dans ce contexte, comment sécuriser efficacement les espaces clos ? Quelles sont les solutions existantes pour réduire les risques biologiques ? Comment préserver la santé des travailleurs ? Tour d’horizon complet.

I. Espaces clos : les différentes zones concernées

Malgré son appellation, un espace clos n’est pas forcément étroit [1]. Des travaux de maintenance et d’entretien y sont parfois réalisés. Voici une liste non exhaustive des secteurs d’activité pouvant abriter des espaces clos :

  • l’immobilier comprenant les salles de réunions, les restaurants , bar en sous sol;
  • Les pièces sans fenêtres , ou la ventilation est réduite avec une fréquentation régulière.
  • l’agro-alimentaire comprenant les chambres froides, les labos de fabrication ;

Les espaces clos sont dangereux parce que le renouvellement de l’atmosphère y est difficile. L’évacuation d’urgence est compliquée en cas de problème. Les moyens d’entrée et de sortie sont restreints.

Vestiaire sport

II. Évaluation des risques dans les espaces clos 

Dans des espaces confinés, les risques peuvent être beaucoup plus élevés par rapport aux risques au sein des espaces de travail ordinaire.

A. L’air y est de piètre qualité

L’atmosphère est très pauvre en oxygène. Elle pourrait contenir des substances toxiques pouvant causer de graves maladies, voire la mort. La ventilation naturelle à elle seule pourrait être insuffisante pour fournir de l’air de bonne qualité.

B. La prolifération des micro-organismes y est favorable

Des micro-organismes comme des bactéries ou des champignons peuvent se développer naturellement dans des espaces clos. Des animaux qui vivent dans ces milieux tels que les rongeurs ou les insectes peuvent aussi être des sources de bactéries.

Voici les portes d’entrée des micro-organismes pathogènes chez l’homme :

  • les muqueuses des yeux, du nez ou de la bouche en cas d’éclaboussure avec des fluides contaminés ;
  • la voie respiratoire par le simple fait de respirer ;
  • la peau, à travers des plaies non cicatrisées ou des lésions ;
  • la voie digestive en mangeant ou en fumant sans s’être lavé les mains.

III. Les mesures de sécurité à adopter avant toute intervention dans des espaces confinés

Le document de référence du dispositif CATEC (Certificat d’aptitude à travailler en espaces confinés) [1] représente le guide réglementaire pour toute intervention dans des espaces clos. Ce document est le fruit de la collaboration entre l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) et le réseau Assurance maladie – Risques professionnels. L’usage de la technologie UVC apporte toutefois un réel plus pour réduire les risques biologiques.

A. La désinfection de surfaces par UVC

Le rayonnement ultraviolet permet à lui seul de détruire 99,9 % des micro-organismes pathogènes [2]. Malgré la spécificité de chaque espace clos, la technologie UVC permettrait de réduire considérablement les risques biologiques. Elle s’attaque à l’ADN, l’information génétique du vivant.

B. La purification de l’air par rayon ultraviolet

Pour se protéger des contaminations aériennes, les espaces confinés devraient également se doter de luminaires désinfectants. En plus de retenir les particules polluantes, cette solution permet de détruire les bactéries et les virus qui restent en suspension dans l’air. L’installation de ces dispositifs dans les conduites d’aération permettrait d’améliorer la qualité de l’air dans les espaces de travail.

Conclusion

Dans un espace confiné, ce sont souvent les contaminants qui font partie des principaux risques. Cependant, bien que les responsables d’hygiène en soient conscients, les mesures de sécurité sont mises en place juste par souci de conformité. La sécurité et le confort des travailleurs devraient être une priorité. Ces derniers sont les plus confrontés aux odeurs désagréables et aux bactéries dans ces espaces. En tant que distributeur agréé des technologies UVC, Novalum peut former et accompagner les entreprises désireuses de sécuriser leurs espaces clos des risques biologiques.

Références

[1] Enceinte confinée

[2] Document de référence du dispositif CATEC

[3] Lampe virucide : comment fonctionne la désinfection par lampe UV ?

OBTENIR MON ÉTUDE PERSONALISÉE

Recevez gratuitement notre livre blanc

Comment désinfecter les espaces de vie en toute sécurité ?

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

100 % gratuit. Respect de la confidentialité. Pas de spam.